SpringWorks - Le co-pilote de votre stratégie

Le parcours d’un entrepreneur (5/6)

Les obstacles sont ces choses effrayantes que vous apercevez lorsque vous détournez les yeux de vos objectifs.
Henry Ford

Le premier article de cette série précisait que tout commence par une vision. Cette vision accompagne l’entrepreneur tout au long de son parcours, souvent semé d’obstacles et d’embûches. Les choses ne se passent pas toujours comme prévu...

Texte publié le 16 septembre 2020

C’est à ce moment-là que la vision agit comme une boussole qui maintient la direction pour atteindre sa destination. Tel un capitaine, un chef d’entreprise n’abandonne pas le navire qu’est son entreprise. Parfois les conditions nous obligent à dévier du trajet initialement prévu, alors on finit par trouver le moyen pour revenir sur une trajectoire convergente vers l’objectif.

Et même si les conditions nous forcent à changer l’objectif – la clef se trouve dans l’agilité d’esprit et la rapidité de réaction : analyser le nouveau contexte, ajuster les objectifs, réactualiser les plans (tout en restant aligné avec la vision de l’entreprise).

Une des entreprises dans lesquelles j’ai opéré, prônait que « Si vous échouez, échouez vite » : la rapidité de réaction est cruciale pour redéfinir des objectifs clairs et des actions cohérentes. Apprendre des expériences vécues, de l’apprentissage de nos échecs… et de nos succès, c’est ce qui nous rend plus fort, ce qui rend le plan d’après plus fort, avec plus de chances de réussir.

Dans aucun cas, on ne se résigne, on baisse les bras. Non, on remonte la pente « sabre au clair », prêt à affronter ce que les conditions lancent sur le parcours avec optimisme et enthousiasme. Comme le disait Georges Clémenceau : Il n’y a qu’une façon d’échouer, c’est d’abandonner avant d’avoir réussi. C’est là le vrai test pour chaque entrepreneur : savoir se dépasser – toujours et toujours plus - dans les conditions les plus difficiles.

Bien souvent ces imprévus, ces défis, ces contretemps agissent comme des tests de la force mentale de l’entrepreneur, de sa confiance en soi et son projet.

Pour rester fort psychologiquement (et même physiquement), il peut s’avérer utile et valeureux de pouvoir s’appuyer sur un regard neuf, une oreille attentive, un compagnon de route garant d’une certaine prise de recul, pour focaliser sur l’essentiel, donner du sens, rappeler la raison d’être du projet ou de l’entreprise, scruter l’horizon et maintenir le cap.

En effet, on se souvient qu’entreprendre, c’est comme courir un marathon, pas un sprint, et demande de l’endurance et de la persévérance.

Cette approche vous parle ? N’hésitez pas à aimer, commenter et partager cet article. Et surtout ne loupez pas la suite !